Développement web / Open source / Stratégie web

Développer un site d’envergure sous WordPress, une bonne idée ?

Voici une question qui a été posée à mainte reprises, mais qui, selon moi, ne trouve toujours pas de réponse satisfaisante. L’équipe s’est penchée sur le sujet et nous voulons vous partager le fruit de notre réflexion.

Un peu de sérieux !

J’ai entendu autant d’arguments farfelus pour la plateforme WordPress que contre. Du genre, « WordPress, c’est bon pour un gros site, le New York Times l’utilise ! » ou « WordPress ce n’est pas sécuritaire puisque le ¾ des mises à jour de sécurité qui sont émises pour les CMS sont destinées à WordPress ! ». Pour ma part, j’ai besoin d’un argumentaire un peu plus sérieux pour me faire une idée. Par exemple, avant de savoir s’il s’agit d’une technologie assez robuste pour ce type de site, il faudrait définir ce qu’est un « site d’envergure » et identifier les enjeux qui ont un impact. Seulement après cette analyse d’affaire électronique, il sera possible de déterminer si WordPress est un bon candidat ou non pour le projet.

Enjeux à considérer lors du choix d’un CMS

Fonctionnalités requises par le projet

Premièrement, il faut identifier les fonctionnalités requises par le projet Web se traduisant par les différents types d’interactions avec les visiteurs. Par exemple, un projet peut avoir besoin :

  • d’afficher des pages de contenus qui s’adapteront selon la plateforme utilisée pour visualiser le site,
  • d’un formulaire de demande de soumission,
  • d’une liste de documents filtrables selon des critères,
  • d’une connexion sécurisée donnant accès à certaines sections du site, etc.

Flexibilité et outillage

Chaque plateforme donne accès aux outils de développement la rendant plus ou moins flexible. Par conséquent, opter pour la meilleure plateforme selon le projet signifie une économie sur les coûts de développement. WordPress a l’avantage de pouvoir être utilisé comme un framework ou comme un CMS. Quand il est utilisé comme un framework, on peut bénéficier d’outils mis à notre disposition pour la structure de données, la gestion des utilisateurs et l’affichage des pages. C’est en développant, sur mesure, les fonctionnalités du site que WordPress devient une puissante plateforme technologique très flexible.

Performance et robustesse

Il est important d’évoquer la robustesse et la performance quand on évalue WordPress. Il faut savoir si un site d’informations propulsé par ce CMS tiendra le coup avec plusieurs dizaines de milliers de personnes par jour qui le visitent. Souvent, il s’agit d’avantage de la performance de l’hébergement que celle de la plateforme dont il faut se méfier.
Il faut aussi tenir compte, si on développe un outil pour consulter des données avec WordPress(comme un site de commerce électronique avec WooCommerce) s’il sera gérable avec environ 25 000 produits. Il y a, en effet, des limites à considérer lorsqu’il est question du nombre d’entrées dans la base de données pour que le projet demeure rapide et fiable. Ça dépend du type de données et des interactions. Parle-t-on d’un concours en ligne avec 75 000 personnes qui s’inscrivent ou d’un site qui permet de lister 75 000 petites annonces.
Bref, chaque projet aura besoin d’une analyse préliminaire de performance pour s’assurer que WordPress est la bonne plateforme à utiliser, même si de façon général la performance est rarement un problème.

Sécurité

Les risques liés à la sécurité sont souvent le premier argument des développeurs qui sont contres les technologies ouvertes. Il est bon de savoir que les failles de sécurités peuvent survenir sur toutes les plateformes et qu’aucune n’est vraiment à l’abri. Il faut seulement s’assurer que la plateforme technologique soit constamment testée contre les différentes attaques et sur les nouvelles versions des navigateurs. Il faut aussi que des mises à jour soient développées et installées au besoin. Dans le contexte d’une technologie maison ou d’un CMS avec une communauté moins active, une telle activité peut devenir dispendieuse. Or, la communauté derrière WordPress est très active et fait le travail par elle-même !

Support et pérennité

La communauté derrière le développement d’une technologie qui continue de la supporter est un aspect qui n’est pas à négliger. WordPress jouit d’une extraordinaire communauté de développeurs qui ne cesse de grandir et surtout, de gagner en compétence. Lorsqu’on compare au développement d’un CMS « maison », il est plus prudent d’opter pour une technologie ouverte qui reposera sur toute une communauté plutôt que sur quelques personnes à l’interne qui programmeront selon leurs propres standards.

Budget du projet

Et oui, le budget du projet aura un impact sur le choix de la technologie à utiliser. En effet, les coûts de développement d’un site Internet avec Typo3 ou même Drupal risquent d’être plus élevés que le même projet développé avec WordPress. Et pourquoi ça ? Simplement parce que plus une plateforme est vaste et flexible, plus elle nécessitera d’heures de développement pour son implantation. Il devient donc, judicieux de ne pas opter pour une technologie trop puissante pour les besoins actuels et futurs du projet.

Tous les chemins mènent à Rome ?

Évidemment, plusieurs avenues technologiques sont défendables pour la plupart des projets Web. Les CMS dignes de ce nom, implantés par des professionnels, ont une base commune qui se ressemble et il est possible d’arriver à des résultats similaires, quelque soit la plateforme utilisée. Selon le projet, chaque plateforme a ses forces et ses faiblesses et leur connaissance permet de trancher pour la technologie à préconiser. Par exemple, pour du commerce électronique multi-magasins ou multi-régions, Magento a prouvé sa robustesse à maintes reprises. Pour un intranet nécessitant une intégration avec une bibliothèque de fichiers volumineux sur un réseau local, Microsoft Dynamics et Sharepoint ont fait leurs preuves. Ou encore pour un site Internet dans lequel nous devons gérer des processus nombreux et complexes, on choisira souvent Typo3 ou Drupal. Il serait possible de développer un tel site avec WordPress, mais il n’a pas été conçu pour ce type de projet.

Alors, où est la place de WordPress dans tout ça ? Ses forces en font un outil de choix pour développer des sites Internet comprenant :

  • Un blogue
  • Des pages présentant de l’information avec une mise en page riche et modifiable
  • Un outil de recherche permettant d’interroger une base de données selon des critères précis pour obtenir une liste de résultats.
  • Un système de connexion permettant à des usagers d’accéder au contenu sécurisé, selon des niveaux d’accès
  • Un outil de demande de soumission en ligne, via un formulaire que l’administrateur du site pourra modifier sans programmation
  • Un calendrier d’évènements permettant de s’inscrire aux ceuux-ci, de payer notre inscription et de s’abonner à une liste d’envoi pour rester informé
  • Un site de commerce électronique simple permettant de chercher des produits, de les ajouter au panier, de les payer et de les commander

… et la liste pourrait continuer encore longtemps, car WordPress est une plateforme très flexible permettant de développer sur mesure beaucoup de fonctionnalités. Cependant, pour répondre aux critères d’une technologie robuste et efficace, le respect de bonnes pratiques de base est essentiel.

WordPress et bonnes pratiques

Utilisation des extensions avec modération

Less is more, comme le veut l’adage. En effet, des extensions (ou plugins) de toutes sortes existent pour répondre à presque tous les besoins fonctionnels inimaginables. Or, plusieurs de ces extensions deviennent problématiques lorsque WordPress doit être mis à jour, sans compter qu’ils multiplient les failles de sécurité. Avant de les utiliser, il faut s’assurer de la crédibilité de la compagnie derrière l’extension et du support de la communauté. Parfois, sans y mettre une montagne d’heures de programmation, nous pouvons utiliser des fonctionnalités natives de WordPress pour en arriver au même résultat. Un site Internet utilisant 30 extensions représente un risque en terme de stabilité, si ce n’est pas au moment de sa mise en ligne, ça peut le devenir quelques mois plus tard. Ceci dit, un bon nombre d’extensions de qualité existent et permettent d’accéder aux fonctionnalités très intéressantes. Pensons, à WooCommerce, qui est une extension permettant de développer un site de commerce électronique complet et robuste ou à SEO Yoast qui permet de gérer et d’améliorer l’optimisation du référencement.

Types de données

Lorsqu’il y a des données à gérer, comme une base de données de documents PDF, il est beaucoup plus efficace d’utiliser la structure native de WordPress pour stocker ces données, plutôt que d’utiliser une extension de gestion de documents PDF. Par cette approche, appelée « custom post-types », nous utilisons WordPress comme un framework plutôt que comme un simple CMS. Ceci facilite grandement les mises à jour de WordPress, ainsi que sa performance, lorsque la base de données devient plus volumineuse.

Gabarits fixes VS outils de mise en forme dynamique

Les entreprises évoluent rapidement et l’information présentée sur leur site Internet doit suivre la cadence. Pour permettre plus de flexibilité dans la présentation des contenus, des outils de mise en forme dynamique du contenu sont souvent préconisés plutôt qu’une approche par gabarits fixes. Qu’est-ce que que c’est que ce charabia ? En clair, imaginez un gabarit fixe comme une page dont le design est assez étoffé et dont vous avez la possibilité d’en modifier le contenu en changeant chaque texte ou chaque photo, mais en conservant l’emplacement et la taille de chaque élément. C’est facile à modifier, mais lorsque le contenu évolue, la mise en page peut rapidement devenir obsolète par rapport à l’information à présenter. Il faut alors refaire un design pour cette page et refaire la programmation du gabarit.

Une approche plus intéressante est de développer des outils de mise en forme dynamique, appelés short codes. Il s’agit de petits bouts de codes conçus pour chaque élément ayant sa propre mise en forme dans la page. Il sera alors possible de faire évoluer la mise en page en changeant des éléments d’endroit ou simplement en en ajoutant, tout en conservant les styles graphiques définis dans le reste du site. Cette approche n’est habituellement pas plus coûteuse en temps et assure une bien meilleure pérennité au site Internet.

Sommes-nous des pionniers ?

Une fois que nous avons identifié les besoins du projet et que nous avons la confirmation que WordPress peut y subvenir, nous pouvons considérer ce qu’ont fait ceux qui nous ont précédés, histoire de valider notre décision. Internet regorge d’un nombre extraordinaire de sites Web basés sur WordPress,même que plusieurs d’entre eux ne sont pas que de simples blogues. Selon W3Tech[1], 24,7% de tous les sites Internet en ligne sont supportés par WordPress et 58,7% des sites qui reposent sur un CMS sont basés sur WordPress. C’est donc le CMS le plus utilisé, loin devant Joomla avec 2,8% des sites, Drupal 2,1%, Typo3 0,6% ou Adobe Experience Manager avec ses moins de 0,1%.En fait, plusieurs grandes marques ont décidé d’utiliser WordPress comme CMS, notamment : Sony Music, New York Times, Vogue Magazine, Bloomberg Professional, TechCrunch, Xerox, ESPN, Fortune, et plusieurs autres[2]. Je dois avouer qu’il est rassurant qu’une entreprise comme SAP, pour qui la sécurité informatique est une des valeurs fondamentales de l’entreprise, choisisse WordPress pour soutenir leur site Internet corporatif.

Plusieurs entreprises ont également choisi WordPress pour appuyer leur site Internet corporatif et leurs blogues en complément de leur site de commerce électronique (ou autre) basé sur une différente plateforme. Entre autres, nous pouvons retrouver sous ce modèle les sites BestBuy (1050 blogues de magasins), eBay inc., Flickr, Facebook Newsroom, Microsoft News Center, Mercedes-Benz et Google Ventures.
Certes, ce n’est pas très scientifique comme argument, mais tout de même, gageons que des entreprises qui ont plusieurs dizaines, voire centaines de millions de dollars de chiffre d’affaires, ont accès à des recommandations technologiques de gens hautement qualifiés. Ces recommandations ont dû faire l’objet d’analyses techniques sérieuses. Et au final, ces entreprises ont décidé d’utiliser WordPress…

La version courte !

WordPress pour un site qui va au-delà d’un simple blogue… oui ou non ? Assurément ! Cependant, il est essentiel d’identifier les besoins fonctionnels de votre projet pour ensuite, les comparer avec les capacités fonctionnelles des différents systèmes de gestion de contenus. Ce n’est pas une simple tâche, mais c’est une étape très importante pour assurer la pérennité de votre plateforme Web. Un bon stratège Web devrait avoir suffisamment d’impartialité face aux technologies pour vous accompagner dans cette analyse pour vous permettre de prendre une décision éclairée. Plusieurs plateformes Web s’offrent à vous aujourd’hui et WordPress fait partie des avenues robustes envisageables. Son implantation doit cependant être faite en respectant des bonnes pratiques, par des programmeurs et intégrateurs d’expérience. Laissons tomber les préjugés, qu’ils soient favorables ou non envers WordPress. Concentrons-nous plutôt sur la compréhension du projet à développer et sur les possibilités des différentes plateformes technologiques, jusqu’à trouver un « match parfait » !

Source
http://www.wpbeginner.com/showcase/40-most-notable-big-name-brands-that-are-using-wordpress/
http://trends.builtwith.com/cms
http://www.wpbeginner.com/opinion/9-most-common-misconceptions-about-wordpress/
https://managewp.com/14-surprising-statistics-about-wordpress-usage

[1] http://w3techs.com/technologies/overview/content_management/all

[2] Pour une liste exhaustive, consultez le showcase de WordPress https://wordpress.org/showcase/ ainsi que l’article suivant : http://www.wpbeginner.com/showcase/40-most-notable-big-name-brands-that-are-using-wordpress/


On gage que vous allez aimer aussi :

5 bonnes raisons de choisir Magento pour développer…

1 commentaire / Réagir

  • Lecteur

    J’ai bien aimé votre article, par contre concernant les cms maison, il ne faut pas tous les dénigrés.

    Je doute fort de vos talents en programmation, car après avoir testé les 3 CMS les plus populaires et encore des dizaines et dizaines gratuits.

    Sans parler du dernier WordPress qui contient des milliers de ligne de code juste pour (de base) avoir un blog, et ensuite perdre des heures interminables à intégrer un template que l’on vient de payer 75$ et qu’on fini par se décourager à essayer de le modifier.

    Les CMS c’est pour ceux qui désire ne rien faire ni rien changer. On install WordPress, on install un templet et op on a un site beau bon pas cher.

    Personnellement après avoir développé plusieurs CMS maison qui eux aussi ont évolués, je ne retournerai jamais vers un CMS qui est truffé de bugs, sans compter les styles de programmations différentes car trop de gens travail dessus.

    Prenez quelques minutes pour parcourir le code source et même avec plusieurs années en informatique on trouve sa tellement compliqué et mal organisé pour le peu que cela offre.

    L’engouement de ces CMS vient du fait que n’importe qui peut créer un site sans aucune connaissance et sans compétence dans le domaine et c’est ce qui fait que de tel outils vraiment, mais vraiment mal fait soit au top de nos jours.

    Bonne journée!

Écrivez votre commentaire