Général / Nouvelles

Nomination de Guillaume Joly à titre de Directeur de l'optimisation

Des fois ça arrive… sans s’y attendre. La confiance s’installe en même temps que la complicité, pis, ben, l’opportunité se présente et on saute. C’est un peu ça qui s’est passé… et que je suis devenu le directeur de l’optimisation au sein de cette agence web et par le fait même, d’une force commune.

Le défi à relever

L’idée maîtresse n’est pas de moi, je ne sais pas de qui elle est par contre. Néanmoins, elle consiste à développer une culture d’optimisation au sein de l’équipe. Une culture d’optimisation, c’est une culture de remise en question qui demande de l’humilité de la part de l’équipe… un trait de caractère qui, à mon humble avis, fait parfois défaut au sein de certaines agences, mais pas chez Lubie.

Une culture d’optimisation est une culture évidemment empreinte de belles intentions et de beaux discours auxquels il est plutôt facile et plutôt logique d’adhérer. Cependant, dans la pratique, c’est une tout autre histoire. C’est d’ailleurs ce qui rend le défi si intéressant à relever!

Alors, on optimise quoi ?

Sur le web, tout ce qui se mesure peut être quantitativement amélioré et donc optimisé. Tout est une question de choix stratégiques (se donner les moyens de le faire et les prioriser) et d’indicateurs de performance (nous permettent de savoir concrètement s’il y a eu une amélioration ou non).

Plusieurs expertises sont combinées pour permettre d’optimiser un site web et la stratégie de communication qui l’accompagne… ou du moins, qui devrait l’accompagner.

À terme, il y aura donc des gens spécialisés en SEO, en SEA, en analyse de métriques web et évidemment en amélioration de l’expérience utilisateur.

Pourquoi optimiser votre site?

Il y a dix ans, avoir un site web pouvait encore être perçu comme un avantage compétitif. Désormais, c’est la norme, les gens s’y attendent. Hélas, trop de gens pensent qu’être en ligne est une fin en soi alors qu’en réalité, ils sont simplement bien en position dans leur bloc de départ. Il faut ensuite courir, ou au moins essayer de courir. L’idée est d’apprendre petit à petit et de devenir un meilleur coureur tour après tour. Pourquoi ? Simplement parce que si vous ne vous améliorez pas, vous êtes assurés de vous faire dépasser éventuellement.

Bon, assez écrit! Si vous avez des questions ou des commentaires, c’est un peu plus bas. Si le sujet vous branche et que vous aimeriez en parler, passez me voir. Et si vous avez envie d’apprendre à courir, appelez Philippe, Annie ou Jean-Michel, ce sont de super bons coach!