Général / Le monde du web / Nouvelles

Un premier prix Boomerang pour Lubie Communication Interactive

Le 1er décembre dernier se tenait l’événement web le plus hot de l’année, la remise des prix Boomerang. 1200 personnes étaient entassées à la Tohu afin de prendre un verre avec les gens de l’industrie et connaître les grands gagnants de cette année. Lubie était présente pour une 2e année consécutive et présentait deux projets dans les catégories Prix du public, Commerce électronique et Arts et culture.

L’an dernier, j’avais bu une tasse d’humilité en voyant les gagnants dans les catégories où nous présentions des pièces. La compétition était carrément inégale avec des projets bénéficiant de budgets hallucinants. En quittant la Tohu pour aller au party, j’étais déprimé de constater à quel point nous étions à des années lumière de pouvoir rivaliser avec les grandes agences de Montréal. Finalement, après quelques verres, j’étais réconcilié avec notre réalité et il fallait préparer notre prochaine apparition et trouver un moyen  de causer une surprise lors des prochains Boomerang. Comment faire avec des budgets limités et des projets de moyenne envergure? Nous avions un projet interne nommé Mesbobettes.ca qui venait tout juste de naître et qui avait beaucoup de potentiel. C’est à ce moment que nous nous sommes dit, voilà notre projet d’envergure avec un budget illimité capable de rivaliser avec les autres gros projets. Pour vous donner une idée du budget, nous avons investi près de 100 000$ dans Mesbobettes.ca dans l’année 1. Mesbobettes.ca rivalise maintenant avec des projets ayant des budgets de loin supérieurs. Le fait d’assumer la production à l’interne et de ne pas avoir de vrai client simplifie la tâche pour rivaliser, c’était notre avantage sur la compétition.

L’année a filé, le projet Mesbobettes.ca a évolué et nous l’avons présenté dans la catégorie Commerce électronique des Boomerang 2011 en ayant beaucoup d’espoir. Lors de la grande soirée, nous étions tous fébriles de connaître le résultat, qui allait être annoncé parmi les derniers de la soirée. Sans discours, je commençais à sentir le besoin d’en avoir un, car j’étais confiant de monter sur la scène devant toute l’industrie du web. Au moment de dévoiler le prix de la catégorie Commerce électronique, les animateurs ont annoncé qu’il n’y avait pas de grand gagnant dans cette catégorie, mais plutôt deux gagnants. Bonne nouvelle, nous étions l’un des deux gagnants avec Cascades! La mauvaise nouvelle, nous ne gagnions pas un grand prix Boomerang, mais simplement un prix Boomerang. Conséquence, nous ne montions pas sur la scène chercher la statuette tant convoitée et bénéficier d’une visibilité incroyable. J’étais très déçu, au désarroi de mes coéquipiers qui tentaient de me remonter le moral en m’expliquant que c’est incroyable qu’une agence de Sherbrooke gagne un prix Boomerang! C’est à ma sortie de la salle, lorsque j’ai vu la revue Infopresse encore chaude et qui démontrait très bien que Mesbobettes.ca gagnait le 1er prix dans la catégorie Commerce électronique que j’ai commencé à savourer notre prix. C’est en parlant avec le jury que nous avons compris pourquoi nous n’avions pas gagné le Boomerang… À l’an prochain!


On gage que vous allez aimer aussi :

UNE NOUVELLE AGENCE WEB CRÉATIVE S’INSTALLE À MONTRÉAL

1 commentaire / Réagir

  • Patrick Déziel

    On ne sait jamais à quoi s’attendre avec les Prix Boomerang. D’année en année, les choix des grands prix varient selon le président et ses croyances. Bref, je comprends ce que tu as vécu car, moi même, j’ai été déçu de la soirée. De mon côté, le discours était dans ma poche ; trop confiant… j’étais et j’avais tort!

    Notre projet «Le sexe autour du monde» devait surement être en nomination et si tel était le cas, nous avions surement de bonne chance de l’emporter (Après avoir gagner plusieurs autres prix d’envergure au cours de l’année). Il faut dire que la soirée à débuté «bizarrement» pour nous, car il y a eu beaucoup d’emphase sur les «nouvelles technologies» et on aurait dit, que l’industrie avec une dent contre la technologie flash. Petit rappel au jury… Le Flash n’était pas tellement en baisse de popularité, fin 2010!!!

    En tout cas, il y aura toujours un doute dans mon esprit quant à l’évaluation des prix et selon les critères fixés par le concours même. Mon conseil : continuez de persévérer, on ne sait jamais quand on fera partie de la «clique»!

Écrivez votre commentaire