Le monde du web / Nouvelles / Réseaux sociaux

La politique Canadienne et le web 2.0

En lisant un billet sur lesaffaires.com, j’ai appris que plus d’un tiers des membres du Parlement canadien étaient adeptes du réseau social Twitter. Nos politiciens adoptent fréquemment des actions afin d’être vus et entendus sur les différents réseaux sociaux. Gilles Duceppe et Jack Layton sont des membres actifs sur Twitter et Facebook. Le Premier ministre Harper à une « fan page » avec plus de 31 000 membres et tout récemment, il a fait une première au Canada en diffusant le discours du Trône en direct sur Youtube.

Cinq jours plus tard, les Canadiens pouvaient échanger sur différents sujets en direct sur Youtube avec M. Harper. Toutes ces manœuvres me réjouisse et me laisse croire que notre gouvernement tend à migrer vers un gouvernement 2.0. « Un gouvernement qui utilise le Web afin d’atteindre trois objectifs, soit partager de l’information interne, créer puis nourrir une relation avec les entités non gouvernementales et rendre le pouvoir aux citoyens. » L’ambition de devenir un gouvernement 2.0 est louable, mais est-ce que la tentative est déficiente ? Poser la question est d’y répondre !

D’ailleurs, si la politique et le Web vous intéressent, je vous invite à lire les billets suivants : Obama, le Web 2.0 par la grande porte, Pourquoi nos partis politiques me désespèrent sur le Web, Les partis politiques canadiens et les médias sociaux. Un concours de kékette.

Revenons au gouvernement 2.0. Il est vrai que créer, nourrir une relation avec le peuple et lui donner le pouvoir, sont de grandes intentions. L’ampleur de ces actions porte à croire que le gouvernement veut réellement dialoguer avec ses citoyens. La dernière fois que j’ai vu de telles intentions dans la sphère politique est lors de la course à la présidence du Président Obama et du défunt site change.gov. J’espérais que M. Harper, comme son homologue Américain,  créerait un véritable remue-méninge pour en faire ressortir de grandes idées sur l’avenir du pays.

Je me suis dit : « Ils doivent avoir pris des notes ! »

Déception ! Je crois que contrairement à l’administration Obama, l’équipe du Premier ministre n’a pas bien saisi ce qu’est le Web  2.0  !

D’abord, cette première canadienne à suscité 193 999 vues. C’est moins de 1% de la population adulte du Canada !

Ensuite, M. Harper a parlé presque exclusivement à la population anglophone. 2% des questions étaient enregistrées en français !

Aussi, Youtube est une plateforme dynamique ou le contenu est souvent original, authentique et spontané. Tout le contraire de ce « show de chaise ».

Enfin, je crois que l’initiative d’utiliser les médias sociaux pour toucher le plus grand nombre d’électeurs possible est bonne. Reste à savoir si notre gouvernement comprend bien les fondements même du Web 2.0.

Tout comme Thierry Giasson, professeur au département d’information et de communication de l’Université Laval, je crois que les politiciens doivent utiliser les réseaux sociaux afin de diffuser leurs messages sur un plus grand spectre de diffusion avec le moins d’interférences journalistiques possible.

Au moment où j’écris ces lignes, le jeudi 1er avril à 8 h 15, Michelle Blanc vient de mettre en ligne un billet s’intitulant : « Directrice des communications médias sociaux pour Stephen Harper, Premier ministre du Canada ».

Je crois qu’en embauchant madame Blanc, le Premier ministre Harper s’entoure de personnes compétentes ! Bravo M. Harper vous êtes sur la bonne voie !