Marketing / Mobile

6 initiatives d'intégration de codes QR

QR, c’est pour Quick Response. Un code QR, ce n’est en réalité qu’un code à barres traditionnel boosté, c’est-à-dire qu’on peut y stocker plus d’informations et ainsi déclencher un plus grand nombre de réponses ou d’actions.

Les codes QR sont des gadgets. Il ne sont pas nécessaires, plusieurs ne sont pas si utile que ça, mais si on a les moyens de s’en payer un… pourquoi pas!

Dans les faits, l’utilisation d’un code QR n’est pas très user friendly. Je ne suis pas le seul à l’affirmer. En effet, après avoir téléchargé un lecteur de codes sur leur téléphone, les gens doivent sortir leur téléphone de leur poche ou pire, essayer de le trouver dans leur sacoche, trouver et lancer l’application, attendre que l’appareil photo se mette en branle, prendre une photo, attendre que l’application trouve quoi faire avec le code pour enfin atterrir là où l’annonceur voulait les amener.

C’est pourquoi il faut savoir les rendre intéressants, les rendre intriguants… et dans le meilleur des monde, utiles aussi. Les code QR qui permettent à un annonceur d’améliorer ou d’étendre l’expérience de sa marque ont une réelle pertinence.

Voici quelques exemples dénichés sur les interwebs que j’ai bien aimés :

Un tatou animé!

Merci à Yan pour la trouvaille.
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=f3qv2dSXQXk[/youtube]

Un CV réinventé

Par Victor Petit

Magasiner dans le métro!

Tesco utilise les codes QR pour rejoindre ses clients quand ils attendent leur métro! Tout le monde est gagnant. J’adore!
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=nJVoYsBym88[/youtube]

Lego en réalité augmentée en magasin

Lego permet aux enfant de voir de quoi à l’air la maquette une fois assemblée. Beau gadget pour des enfants… quelques parents se sont probablement fait prendre au jeu!
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=vmy_XqN5b64[/youtube]

Design et codes QR

Les codes QR ne sont pas obligatoirement noir et blanc! Récemment, il y a eu une exposition de design de code QR à Vannes en France. À ce sujet, allez voir ce blogue, il est très riche en matière d’intégration graphique de codes QR.
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=2eBbPT7k8s8[/youtube]

Mon coup de coeur

Mon coup de coeur revient à une initiative nommée désordres publics qui a pour objectif de faire découvrir une partie de l’histoire de Paris à travers des céramiques cachées dans la ville.
Voici le site web : http://www.raspouteam.org/QR/ et voici le making of :
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=L3aNegiKZuI[/youtube]

En résumé : il faut se forcer un peu ;O)


On gage que vous allez aimer aussi :

De la stratégie web, ça coûte cher pis…

13 commentaires / Réagir

  • Marie-Christine Martin

    Merci Guillaume ! J’adore la leçon de la fin (un peu à la « fable de Lafontaine »). J’en ai plus qu’assez de voir des Codes QR sur des panneaux d’autoroute ou dans le métro où il n’y a souvent aucune connexion Internet…

    Je suis bien d’accord que les codes QR permettent beaucoup de flexibilité, mais l’engagement de l’utilisateur est très grand. À force d’en mettre partout (où ce n’est pas pertinent) les utilisateurs vont perdre l’intérêt et ça deviendra vite un coup d’épée dans l’eau !

  • « fables de Lafontaine »… haha! Peut-être pas. Peut-être plutôt « wake-up call ».

    Excellent pour les QR codes dans le métro sans accès web! Moi, j’en ai déjà vu sur le côté d’un bus!

    Merci de ton commentaire MC!

  • Je jasais justement de codes QR avec Issam et Jan-Nicolas. Jan-Nicolas et moi étions plutôt du camp « QR Codes are dead » tandis qu’Issam, toujours fidèle à sa réputation d’encyclopédie vivante, nous apprenait qu’en Asie, les téléphones sont vendus avec le lecteur QR déjà installé, ce qui élimine une importante barrière à l’entrée. Ça va prendre une nouvelle génération de téléphones (2-3 ans) avant que ça arrive en Europe et en Amérique. Dans 2-3 ans, le code QR sera déjà pas mal obsolète. À moins que ça fasse comme BlueTooth, qui a nagé dans l’incompréhension et la futilité pendant quelques années avant de vraiment trouver sa place.

  • Geneviève Desautels

    Merci pour ces exemples variés. Pour la recherche dans la sacoche… t’as bien raison, mais ça s’appplique pour tout ce qu’on cherche! Par exemple, un papier où on notera une adresse de référence pour une maison à vendre… et, une fois de retour chez soi, on fouillera encore dans le fin fond de la sacoche pour retrouver (peut-être) le papier pour ensuite taper l’adresse web à l’ordi. Bref, les codes QR sur les pancartes de maisons à vendre permettent un accès rapide des plus directs à l’information complète (la fiche de la maison) qu’on conservera ou non selon notre intérêt, application tout à fait pertinente donc dans ce cas… et qui m’a permis de dire rapido-presto à mes enfants que la maisons qu’ils convoitaient restera un rêve!

  • @Alex, je reconnais ton pessimisme légendaire face à la pub, par contre, je suis un peu surpris de celui de Jan-Nicolas ;O)

    Mais je suis vraiment de ton avis (et de celui de MC aussi) pour ce qui est des nombreuses barrières à l’entrée qui demeurent autant de freins à l’adoption de cette technologie (lire « gadget »). Raison de plus d’être créatif… et surtout pertinent! L’exemple que donne Geneviève est excellent et très facile à mettre en place!

    @Gen, faut rêver dans la vie ;O)

  • « QR codes are dead, » c’est bold comme affirmation! Je m’explique: c’est mort parce que ça demande trop d’effort de la part du consommateur (installer l’application, balayer le code) et parce que c’est mal utilisé par les publicitaires: peu d’utilisations du QR créent une expérience pertinente. (Mitch Joel a fait un bon billet sur le sujet: http://bit.ly/iMCywV).

    Personnellement, j’ai hâte que les technologies near field (RFID, par exemple) deviennent standards dans les appareils mobiles. Ça permettra de diffuser des messages qui s’adaptent à l’usager sans intervention de sa part. « The road you’re on, John Anderton, is the one less traveled… »

  • J’avais pourtant qualifié en écrivant « plutôt du camp « QR codes are dead » »… J’aurai réussi à troller Jan-Nicolas! Pis au bout du compte, on dit tous la même chose.

    La troisième loi d’Arthur Clarke disait (bien avant Steve Jobs!):
    Any sufficiently advanced technology is indistinguishable from magic.

    Dans l’état actuel des choses, on est loin de la magie avec les codes QR, ce qui explique en grande partie leur popularité lilliputienne. Maintenant, est-ce que cette technologie saura avancer suffisamment rapidement pour atteindre ce niveau de qualité d’expérience utilisateur? Ou est-ce qu’elle se fera carrément contourner par une nouvelle technologie qui sera « magique » dès son arrivée sur le marché (le postulat Jan-Nicolas)? Je penche du côté de Jan-Nicolas.

  • Je mentionnais justement aussi le cas des codes QR sur les affiches de maisons à vendre. Je suis d’accord avec Geneviève que ça répond à un réel besoin. Par contre, si tout ce que ça fait, c’est t’amener au listing de la propriété sur le web, c’est l’équivalent fonctionnel d’un short URL (http://re.mx/t523g (exemple fictif)). Sur les téléphones d’aujourd’hui, c’est pas vraiment plus long de taper une adresse comme ça que de partir le lecteur QR, cadrer le code et attendre qu’il soit analysé. Le short URL comporte un avantage béton: pas besoin d’avoir un lecteur QR pour s’en servir.

    Le conseil qu’on lit souvent en réponse à cet argument: faut que ton code QR donne une valeur ajoutée, pas seulement qu’il soit une version graphique d’un URL. C’est bien beau en principe, mais qui va investir dans du contenu exclusif au code QR tant que cet outil sera si peu utilisé? Et comment communiquer efficacement à l’utilisateur que ce code QR particulier t’en donne vraiment plus pour ton « argent » que tous les autres? Tout le monde peut écrire « Scanne ça pour avoir une bière gratuite » de son code QR mais personne n’est obligé de tenir sa promesse à l’autre bout. Rendu là, on peut concevoir le code QR comme du spam visuel.

  • « Mais qui va investir dans du contenu exclusif au code QR »

    @Alex, tu viens de mettre le doigt sur le bobo je pense bien! Et effectivement, je pense qu’on dit tous la même chose en bout de ligne.

    Un short URL, sans contexte, ne dit rien de plus qu’un code QR. Peut-être devrait-on se mettre à contextualiser les codes QR un peu mieux, comme on le fait habituellement dans un tweet en annonçant minimalement ce qu’il y a à voir de l’autre bord du clic. C’est une question de respect tant qu’à moi, une question d’éthique presque.

  • Le short URL, même sans contexte, tient une promesse simple pour l’utilisateur: y a une page web à l’autre bout. Le code QR ne peut même pas prétendre à ça.

  • Hmmm… pas sûr, surtout si je prends celui que tu as mis un peu plus haut dans ton commentaire (http://re.mx/t523g) ;O)

  • @Alex: Pas besoin d’investir beaucoup de bidous pour que l’expérience soit pertinente: l’exemple de QR sur la pancarte à vendre, c’est utile ET contextualisé. (Et c’est moins intrusif que de sonner à la porte d’un inconnu!) Par contre, si le lien pointe vers la page d’accueil du site de Remax, c’est un fail!

  • @Jan-Nicolas: pas plus utile et contextualisé qu’un URL court qui t’amènerait au même endroit que le code QR. Et comme l’URL court ne nécessite aucune app supplémentaire sur ton téléphone, il est clairement le WINner.

    @Guillaume: zing!

Écrivez votre commentaire