Réseaux sociaux

« Moi je n’ai pas besoin de Facebook ! »

Un article intéressant de Branchez-Vous mentionne que seulement 1 Québécois sur 4 a un compte Facebook. Est-ce que ça vaut la peine alors d’y investir temps et argent ?

Ça dépend.

Il faut être sur Facebook parce que :

  • 76% des Québécois retrouvent et prennent des nouvelles de leurs amis
  • 37% pour rester en contact avec leur famille
  • 29% pour être présents parce que tous leurs amis y sont
  • 29% pour partager des photos avec leurs amis
  • 26% pour communiquer les dernières nouvelles concernant leur vie.

Peu ou pas s’inscrivent principalement sur Facebook pour obtenir des rabais privilégiés de votre entreprise ou pour connaitre vos dernières nouveautés.

Pourquoi s’énerver avec Facebook ? Parce qu’il y a les statistiques suivantes :

  • 64% des répondants possèdent 25 amis et plus.
  • Chez les 18-24 ans, 66% des répondants en ont 100 et plus
  • 54% des internautes ont personnellement rencontré tous leurs «amis» sur Facebook

Ça veut dire que 3 fois sur 5, pour chaque abonné de Facebook qui adhère à votre page ou à votre groupe Facebook, vous avez au moins 25 autres prospects qui prennent connaissance de votre entreprise. Vous avez donc accès à un bassin exponentiel de prospects. Chaque adhérant à votre page devient un ambassadeur potentiel. Un exemple concret : Laiterie de Coaticook.

  • Début avril 2009 : 230 abonnés à la fan page
  • Juin 2009 : 1600 abonnés à la fan page

En deux mois, les abonnés à la fan page ont augmenté de 600% avec un potentiel d’expansion énorme de plus ou moins 25 000 nouveaux adhérents ( 1600 adhérents x 64% x 25 amis et plus ). Et si la page ne recrute pas tout le monde, elle permet néanmoins de rendre visible la Laiterie de Coaticook puisque l’adhésion à une page est publicisée dans le profil public de l’abonné.

Créer une fan page prend peu de temps et n’est pas très coûteux.  Vous devez donc être sur Facebook.

Par contre, il ne suffit pas de créer une fan page et d’attendre les résultats. Vous devez participer, créer un lien avec vos adhérents, dynamiser la relation, être présent. Quelques exemples :

Bière Corona

Près de 250 000 admirateurs (mondiaux). Aucune participation de l’entreprise depuis mai 2008. L’entreprise a à sa disposition 250 000 admirateurs qui peuvent devenir des ambassadeurs auprès d’amis et de la famille.

Bière Alexander Keith’s Premium White

Près de 30 000 admirateurs (probablement surtout canadiens). L’entreprise crée un dialogue avec sa clientèle, crée un lien de confiance et favorise l’adhésion et la participation.

Lorsque les deux compagnies voudront, disons, lancer une nouvelle gamme de bière en sondant ses admirateurs, qui croyez-vous recevra la meilleur rétroaction ? Qui recevra les commentaires les plus évocateurs ? Qui pourra approfondir son dialogue avec des clients potentiels ?

Ce lien de confiance qui est tissé vous permet de promouvoir un produit auprès d’une clientèle déjà engagée avec votre produit. Les coûts d’acquisition de la clientèle sont réduits parce que vous appliquez des techniques marketing au meilleur moment : Lorsque le focus de votre clientèle est sur votre produit. Vous n’avez pas le temps ou ne croyez pas à la création d’un dialogue avec votre clientèle privilégiée ? Facebook n’est pas pour vous.

Alors ? Vous embarquez ou non ?

Article Branchez-vous http://techno.branchez-vous.com/actualite/2009/06/156_million_de_quebecois_aurai.html